Mots-clefs

, , , , , , ,


Vers la fin de l’année dernière, Sophie m’a contacté à travers la page Facebook de ce blog pour me demander quelques bonnes adresses à Bucarest. Elle devait aller là-bas, pour la première fois, pour un séminaire, pendant 4 jours. Sophie n’a pas trop suivi mes recommandations (par manque de temps) et elle a bien fait, car les endroits découverts ont été très intéressants . Voici la première partie de son  « journal de bord » d’un Bucarest de fin Novembre 2013:

 

« Jour 1 – dimanche 25 novembre

Départ de Paris à 12:25 avec la Tarom. Vol agréable et peu rempli, le personnel navigant est très détendu il y a même un steward qui me zappe carrément pour la distribution des plateaux repas !
Arrivée à l’aéroport Henri Coandă de Bucarest à 16h15. C’est bien dommage car il ne fait pas beau et la nuit commence à tomber.
Nous étions attendu sur place par notre collègue Roxana. C’est elle qui a pris le soin de tout organiser pour notre séminaire.

Le trajet depuis l’aéroport est un peu triste, mais il est vrai que le temps n’arrange rien.

J’aperçois cependant quelques anciennes jolies demeures et vraisemblablement elles ne sont plus entretenues.

Nous étions logé à l’hôtel « Venezia » à Pompiliu Eliade 2. Très bon accueil, hôtel très rococo à la décoration chargée. La robinetterie de salle de bain est avec des dorures, les rideaux de la chambres sont assez impressionnants ils doivent peser très lourds, ah et oui la télé écran qui traîne 🙂

J’ai rangé mes affaires et j’ai allumé cette télé bien que je ne la regarde quasiment pas chez moi. Je vois que les présentatrices sont des prédatrices ultra lookées un peu comme à  la télé grecque 🙂 L’accent roumain est très joli en plus on a l’impression de comprendre un peu vu que la langue est latine.

Le soir nous avons tous diner au restaurant « Kafeterya »(Blvd Schitu Maugureanu) à mi chemin entre notre hôtel et le bureau où nous irons demain.

Nous attendons un peu et je suis franchement étonnée de voir autant de monde sortir le dimanche soir, on se croirait un samedi soir. Il y a beaucoup de jeunes (25-30 ans) et il y a deux grands écrans plats suspendus dans la salle qui diffuse des défilé de mode. Je soupçonne la même configuration dans la salle du fond. Il y a des lumières rouges, des espaces de boitiers sur les tables pour demander des boissons ou pour payer ….! C’est un peu comme une boîte de nuit pour diner, mais là  les gens ne dansent pas. Je crois que ce n’est pas le restaurant en lui-même qui me surprend mais plutôt l’endroit désert où il se trouve (je vous rappelle de nuit et sous la flotte).
Plus tard je me rendrais compte que ce n’est pas si désertique…et surprise ! Les gens fument dans l’établissement ! Et oui c’est toujours autorisé en Roumanie contrairement à  la France. Mais ce n’est pas enfumé c’est vraiment supportable. Ce sont les français de notre groupe qui sont gênés de fumer à  l’intérieur alors ils se lèvent pour aller un peu plus loin. Nous avons mangé correctement et le dessert était plutôt trais sucré et servi copieusement.

Une bonne soirée. Mais j’ai hâte de voir la ville de jour !

 

Jour 2 – lundi 26 novembre

Petit déjeuner continental avec des petites pâtisseries très bonnes. Le personnel est très aimable.
Nous nous rendons au bureau situé 1, Boulevard Schitu Magureanu. Ce n’est pas très loin. Ensuite nous avons commencé notre séminaire avec un programme bien rempli sur deux jours.

Le midi avec deux de mes collègues nous nous sommes échappées pour aller acheter une brosse à dent au petit market du coin. Il ne payait pas de mine mais il y a un très large choix de chocolats c’est impressionnant, pas mal d’alcool aussi et des plats préparés sur place du genre traiteur.
Avant de venir à  Bucarest j’avais demandé à deux copines si il y avait une boutique sympa pour aller faire des emplettes de filles. Elle m’avaient parlé de « Purple chic, juste en face tu verras ! ». En effet « Purple chic » (Tache Ionescu n1) est juste en face du bureau et c’est une petite caverne d’Ali baba. C’est pas très grand il y a une mezzanine et on y trouve beaucoup de robes et de vêtements de tout genre plutôt bien coupés et des accessoires (plein de foulards, j’adore !!), des bijoux te des sacs. La boutique est tenue par deux jeunes femmes très sympa. Je fais mon repérage (plein de foulards colorés et des robes !) et je reviendrai à un autre moment.

en direction de VatraLes rues sont défoncées et/ou en travaux au choix… Pas de bol il pleut et en plus le soir quand on sort du bureau à 18 heures il fait déjà nuit. Il faut tenir son parapluie regarder par terre sinon on risque de marcher dans la terre ou au pire dans un trou ! Alors je m’arrête pour regarder en l’air les beaux bâtiments.

Nous allons diner au restaurant chez « Vatra » (Rue Ion Brezoianu). C’est pas très loin du bureau et ce n’est pas le même décor, il y a plus de vie dans cette avenue. C’est un joli restaurant sur deux étages, la salle du haut a été réservée pour nous tous (20 personnes).

A l’arrivée on nous accueille avec un verre (genre verre à  moutarde maille) de Palinka, on nous tend un morceau de grosse brioche, et un peu de sel. Nous sommes affamés et fatigués, le verre nous tue littéralement ! whouahou ! ils ne badinent pas avec les portions d’eau de vie 😉 Gentiment nous posons nos verres en nous installant autour de la table joliment dressée.

VATRANous avons bien mangés et très copieusement mais j’ai l’impression que les roumains apprécient la qualité et la quantité ! Le vin rouge aussi était bon, les serveurs nous ont resservit sans cesse, du coup on s’amuse bien. Beaucoup de plats différents et en plein repas des danseurs sont arrivés pour notre grand plaisir. Il y a deux couples habillés avec des blouses roumaines.

Je ne sais pas si c’est le vin ou la Palinka ou la fatigue mais au bout d’un moment j’ai eu l’impression que c’était un peu comme des danses bretonnes mais en accéléré…

Nous rentrons à  l’hôtel bien joyeux« .