Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , ,


sirop de pissenlitIl y a deux semaines, je suis allée rendre une petite visite à ma ville natale – Piatra Neamt, située à l’est de la Roumanie, dans la région qu’on appelle la Moldavie de la Roumanie. Je suis restée 5 jours, et je suis revenue avec de l’énergie pour au moins 2 mois. Je veux partager mes émotions et mes rencontres avec vous et je commencerai avec une visite que j’ai faite chez Madame Cristina, qui réalise des confitures « faites maison » et pas que des confitures. Je vous invite à  me suivre…

Je connaissais ses merveilles grâce à internet, mais je ne les avais jamais testées. Étant une personne qui aime beaucoup toucher, gouter, sentir (et surtout hyper gourmande), une fois arrivée à Piatra Neamt, j’ai décidé d’y aller pour connaitre l’univers de cette dame.

Pendant une après-midi pluvieuse comme j’aime (car ça me renvoie dans le temps, à mon enfance, chez ma grande-mère… ), j’ai débarqué chez Madame Cristina, qui habite dans un coin de paradis, dans un village situé à 30 minutes (en voiture) de la ville Piatra Neamt.

Camera 360Bras ouverts, grands sourires, très chaleureux – c’est ainsi que je suis reçue par Madame Cristina et son mari.  Mes moldaves quoi :). A l’intérieur de leur atelier, 4 poêles chaudes dans lesquelles le sirop de pissenlit bouillonnait. Au moins 30 degrés Celsius à l’intérieur. Par les vitres pleines de buées et entre les grosses goutes de pluie j’observe le paradis vert autour de cet atelier. Madame Cristina sort sous une couverture une bouteille bien chaude de sirop de pissenlit et me sert dans une petite tasse en terre cuite. « Je viens de le faire. C’est moi même qui ai ramassé les fleurs de pissenlit des collines voisines », m’explique Madame Cristina tournant avec une cuillère énorme, en bois, le sirop qui se trouve dans 4 pots énormes – un tableau qui me fait penser à ma grande mère, qui, il y a plus de 20 ans, faisait de la même manière le sirop, la confiture, sur le feux de bois, passant plusieurs heures à surveiller la couleur et le gout, retirer la mousse etc. Chez Madame Cristina rien n’a changé dans cette recette : « Je ne précipite pas ces étapes, tout est naturel… ». En admirant ce tableau, je goute le sirop de ma tasse en terre cuite… un vrai bonheur pour mes papilles gustatives et ma gorge. Ça y est: le gout de mon enfance est revenu!

Camera 360

Dans l’atelier de Madame Cristina tout est fait à l’ancienne, elle  n’utilise pas de machines, tout est touché par sa main. Elle est aidé par deux femmes, mais elle a le dernier mot. « Je suis très exigeante avec moi même. Ça peut être la cata si un client m’appelle pour me dire qu’il n’a pas aimé ma confiture, qu’il y a quelque chose qui ne va pas… ça c’est la catastrophe pour moi. Vraiment! Je sais qu’ils sont très exigeants et je ne peux pas les décevoir. J’utilise que des fruits et légumes de mon jardin et ceux des paysans que je connais, des gens bien », m’explique Madame Cristina, mettant une buche dans le feux et surveillant le sirop.

Le pain chez Madame Cristina

Madame Cristina fait aussi du zacusca – une sorte de ragout pour l’hiver à base de légumes avec des champignons (des bolets, par exemple) ou du poisson. Quand la saison des fruits et légumes est terminée, Madame Cristina fait aussi des plats traditionnels pour Noël ou Pâques. D’où vient la viande?  « De la campagne, de chez moi, du village, des gens que je connais. Je n’utilise que des épices naturelles, comme le thym de mon jardin. Mon mari m’aide beaucoup car il sait très bien les préparer, c’est lui le chef », dit Madame Cristina, et son mari l’approuve avec un grand sourire. L’année dernière, tous ces plats ont eu un succès colossal. 

Cozonac Pasca Paques Madame Cristina

Pour Pâques, Madame Cristina a fait aussi des plats traditionnels: les œufs ont été rougies avec des pelures d’oignon rouge (comme le faisait ma grande-mère) et le cozonac (le gâteau rectangulaire aux noix) et pasca (gâteau rond au fromage ou au chocolat) ont été pétris par ses propres mains, aucun outil électrique, mécanique etc n’a été utilisés . Tout à l’ancienne!!! Les précieuses recettes viennent d’un livre qui a presque une centaine d’année…

Camera 360

Dans l’atelier, je pense qu’il fait 40 degrés Celsius et j’ai des gouttes d’eau sur le dos et pourtant, je n’ai rien fait de physique. Madame Cristina a l’habitude: elle a des goutes sur le front et  je vois la passion dans ses yeux un peu fatigués… Elle est une femme simple avec de la PASSION et un SAVOIR FAIRE difficiles à combattre! Son bureau c’est son atelier, car c’est elle qui s’occupe de la communication , des e-mails, des nouvelles recettes, des ses clients&co. Voila une Wonder Woman de la Moldavie de Roumanie, de chez moi! Et elle mérite toute mon admiration! Et la votre aussi! 

Moi j’ai gouté aussi sa confiture de fraises des bois, de noix, le sirop d’airelles rouges, la zacusca de champignons… de vrais délices!  Et aussi très sains et avec des effets thérapeutiques.

Confitures Madame Cristina Piatra Neamt

Ça a été une vraie découverte et j’en suis fière! Une moldave de chez moi qui fait des choses magnifiques… Je vous invite à regarder son site web, sa page Facebook et surtout gouter ses produits dans les épiceries roumains de Paris: Chez Miha ou chez Bukovina! J’ai hâte de connaitre vos opinions concernant ses confitures traditionnelles! Et pas seulement…

Crédit photo: archive perso, www.facebook.com/WWW.DULCETURITRADITIONALECRISTINA.RO