Mots-clés

, , , , , , , , , , ,


et toiComme vous le savez,  à la fin du mois d’avril j’ai passé 5 jours chez moi. Chez moi à Piatra Neamt, car j’ai aussi un « chez moi », à Versailles :). Et c’était comment? Moldavian style: manger, boire, se balader, voir des amis, manger, boire, dormir, rigoler, manger, rigoler, se balader, boire etc. Je vais vous raconter…

Chaque fois quand je vais dans ma ville natale, j’ai un planning rigoureusement préparé: Qui je dois voir, pour n’oublier personne. Et Quoi manger (des plats traditionnels faits par ma mère).

Cette fois-ci, les seules demandes ont été: de la salade de bœuf (qui n’a pas de bœuf :))), mais du poulet, des carottes, pommes de terre, cornichons, et de la mayonnaise) et des sarmale. Et j’avoue:  j’ai mangé (et bu) ces 5 jours pour… les 6 mois à venir :).

Voilà mon journal de bord de mon dernier voyage à Piatra Neamt:

Le 22 Avril, 1er jour

Bien arrivée à l’aéroport de Bacau (car à Piatra Neamt il n’y en a pas) dans l’après-midi. 21 degrés Celsius, il pleut. Ma mère pleure quand elle me voit. Comme d’habitude. Des longues embrassades.

Direction: Piatra Neamt – 1 heure en voiture. Une fois arrivés à la maison, on discute devant un verre du vin, de la tuica (l’alcool de prune, fait par mon père), un rakiu (une eau-de-vie obtenue par distillation de jus des fruits fermentés) etc. C’est l’habitude de mon père d’étaler toutes les boissons….

Une fois bien… saoule, je mange au moins 8 sortes de plats traditionnels. Je goûte, car c’est assez lourd: de la salade de bœuf, les sarmales, gelée de dinde etc. On discute, mon chat Mara me regarde même pas (elle ne me reconnait plus, et pourtant c’est moi qui l’avait apporté chez mes parents il y a 7 ans, après l’avoir  trouvé dans les rues de Bucarest). On fait le plan pour lendemain et je m’endors comme un bébé…

Mara

Le 23 Avril, 2eme jour

Les visites commencent. Même si j’ai un planning, avec ma mère qui est très « sociable », je ne peux jamais le respecter. Et parfois c’est très bien :). L’idée était de visiter la maison de ma grande mère  j’ai grandi, et visiter l’autre grande mère qui est toujours vivante.

Mais non, nous avons commencé avec la sœur de ma mère, que je n’ai pas vu depuis 20 ans. Elle habite dans le même village  j’ai grandi. Heureuse de me voir, elle prends mon visage dans ses mains : « Oh, petite fille t’es tellement belle ». « Non, j’ai grandi », je lui dis. « Non, pas trop », elle me contredit.

Domnica (son nom) parmi d’autres, nous raconte les problèmes qu’elle a avec sa fille, partie en Italie il y a dix ans, qui n’a pas téléphoné cette année pour lui souhaiter « Joyeuses Pâques! »…  « Je n’ai besoin de rien, je veux juste savoir qu’elle va bien… », dit Domnica, triste…

On continue notre périple: la tombe de ma grande mère chez qui j’ai grandi. Chaque fois quand je viens ici, j’ai l’impression qu’elle n’est pas ici, sous cette parcelle de terrainC’est bizarre, mais j’ai l’impression que cette mamie n’est jamais partie, car je la sens tellement présente dans ma vie de tous les jours

God 

On arrive à la maison de ma grande mère, j’ai grandi, dans un village situé à 12 km de Piatra Neamt. Rien n’a changé. Ou presque rien. Des émotions difficiles à décrire. En partant, je prends avec moi quelques pièces précieuses, parmi lesquelles, un bol en terre cuite, dans lequel je mangeais le riz au lait de mamie il y a plus d’une vingtaine d’années...

le jardin de ma grande mere

les souvenirs Paradis vers primevère

Next stop: l’autre grande mère, la seule vivante. Elle m’attendait à la porte, sur un banc. 85 ans, avec des problèmes au dos, et de vue, mais toujours hyper active. C’est sa nature! On l’embarque dans la voiture et on part visiter le monastère Horaita, situé a 3 km de chez elle. L’endroit  je passais mes dimanches quand j’avais 10-14 ans,  m’est venue l’idée de devenir… nonne :). Un endroit mystique pour moi, coupé du monde, un monastère qui attire des milliers de visiteurs de partout…

cloches eglise Eglise du village la terasse de chez ma grande mere monastere Horaita Monastere Horaita2 velo de mon oncle (1)

De retour chez ma grande mère, je mange pas moins des 5 bols de bors (la soupe roumaine, prononcer « borch »). Du jamais vu! Mais j’avais faim, l’air était frais, et je kiffe le bors de ma grande mère. « Demain je viens en ville pour m’acheter de vêtements neufs. Comment pourquoi? Pour être préparée pour mon enterrement », dit-elle avec sérénité

les mains de ma grande mere

Avant de partir, encore une fois, elle prend mon visage entre ses mains brisées et murmure: « Viens me voir plus souvent, petite »… Je me rends compte que je suis restée petite pour tout le monde d’ici… même mes parents m’appellent ainsi depuis toujours (avec l’accent moldave 😉 ) et ça ne me dérange pas… C’est mon… cocon 🙂

oeufs Paques

Direction – la ville. Mais, noooon, bien sur!!!! Ma mère décide de s’arrêter pour récupérer des œufs de campagne de chez une amie. Et , un autre paradis: profiter du silence dans un paradis vert avec des poulets, lapins et chevreaux. Un tableau d’une simplicité déconcertante qui te rend heureux comme un enfant. Mon enfance c’était comme ça, sans la télé, pieds nus, sentir la nature…

a la campagne chevres sur le champ cour happiness la mere

A l’aube on part vers la ville… Et bien sur, la journée n’est pas encore finie. Une visite chez ma cousine. Je mange encore, je goute toutes les sortes de boissons étalées (car refuser, ce n’est pas poli en Moldavie 🙂 ). Remémorer l’enfance, beaucoup rigoler, partir avec des cadeaux… Une journée folle!

Le 24 avril, le 3eme jour

J’ai profite d’une journée superbe pour me balader dans la ville, toute seule. Pour reprendre mes reperes. Ah, ma ville…Entourée par 5 montagnes (Cozla-altitude 679 m, Cernegura-852 m, Cârloman-617 m, Petricica-590 m, Bâtca Doamnei-590 m), Piatra Neamt reste quand-même une très belle ville. J’ai revu le Théâtre de la Jeunesse (Teatru Tineretului), très célèbre pour la qualité de ses spectacles, et mon lieu de détente quand j’étais au lycée….Tous les endroits de mon adolescence…

cas_le fromage roumain la maison d'un ecrivain de Piatra Neamt_Calistrat Hogas La tour de Piatra Neamt La Tour Stefan cel Mare_Piatra Neamt travail des artisans

La journée se finit en douceur avec une visite chez mon ancienne collègue de lycée, qui m’a offert des livres et une très belle photo – Old Romania.

Old Romania

Le 25 Avril, le 4eme jour

Deux belles rencontres. Avec une lectrice de mon blog roumain, qui vit comme moi, entre la Roumanie (Piatra Neamt) et la France. Et une visite chez Madame Cristina et son paradis vert, parmi ses confitures bio. La journée se clôturera avec mes parents et Mara, le chat qui ne me supporte pas. Que du bonheur…

Le 26 Avril, le 5eme jour

Comme d’hab, le départ est difficile. Car le bagage… pèse presque 32 kg. Il est plein de goodies moldaves :).  Cette fois, ma mère n’a pas pleuré. Car elle sait que je serai de retour bientôt, en aout :).

Je quitte 22 degrés Celsius et dans 2 heurs de demi j’arrive à 11 degrés Celsius et un peu du soleil… mais avec de l’énergie pour 6 mois.

cigognes