Mots-clefs

, , , , , ,


listeEn Roumanie, quand j’étais petite (il y a 3 ans ;)) , j’écrivais une lettre au Père Noël tous les ans. Et surprise (ou pas)!! Il m’apportait ce que je lui avais demandé.

Les années sont passées, et même si j’adore toujours écrire des lettres, j’ai arrêté d’écrire à Moș Crăciun  (Père Noël en roumain), mais je n’ai jamais arrêté d’y croire, de garder cette magie de Noël. Pourquoi ? Je sais que je suis entourée par des gens qui sont comme des anges gardiens, qui « me surveillent », qui sont très attentifs à mes besoins, qui sont des Pères et Mères Noël :). Et moi, de mon coté, j’adore faire « le détective », pour savoir ce que mes proches souhaitent avoir sous le sapin de Noël. C’est comme un jeu dans lequel le but est de percer des mystères, écouter, être attentif aux petits détails.

En France, cette approche est… {un peu} différente. Pour simplifier – le jeu du mystère n’existe pas (de ce que j’ai vu et j’ai expérimenté jusqu’à ce moment, depuis presque 4 ans). Et c’est un peu bizarre pour moi, qui aime jouer, qui adore essayer de trouver comment faire plaisir à mes proches. Ici, en France, on fait des listes, beaucoup trop de listes : pour les anniversaires, la naissance d’un gamin, Noëls, etc. Il y a beaucoup trop d’organisations pour ces moments, quand, à mon avis, il faut écouter, être attentifs, jouer un peu, déchiffrer les proches, les amis, mieux les connaitre, passer des moments avec eux pour savoir ce qu’ils veulent vraiment.

C’est sans doute une question de culture, comme il y en a beaucoup… « C’est plus facile de faire une liste, comme ça on ne peut pas se tromper », se justifie un ami Français. Mais où est la surprise ? 😦

Credits: smartcoaching.ca