Mots-clefs

, , , , , , , ,


Le Francais a Vama VecheJ’ai connu Julien à travers ce blog. Nous avons eu quelques échanges, dans lesquels il me disait : « Je me suis rendu à București en décembre 2013, et je suis tombé totalement amoureux de la Roumanie et des roumains. La prochaine fois, je prends un aller simple et j’ y reste », m’écrit-il. C’était en Avril cette année. J’avais regardé son compte Facebook et là, il était difficile de savoir s’il était un Français ou un Roumain. « Je rêve de partir chez toi! », me disait Julien il y a quelques mois. Le  voilà maintenant en Roumanie, pour de bon. Je vous laisse découvrir son histoire:

« Tout commence par : je suis en France, en colocation avec Mariana, originaire de Moldavie roumaine. Elle me fait découvrir son pays loin des clichés omniprésents à la télé française. L’année dernière, je décide donc d’appréhender cette Roumanie par moi-même. J’embarque dans le premier avion, on est le 4 décembre 2013, 11h00, heure de Paris, aux alentours des 12°C et 95% d’humidité. Trois heures plus tard, je suis arrivé à Bucureşti et malgré les températures hivernales, le grand soleil semble me dire qu’il fait bon. Je suis seul mais ne tarde pas à faire connaissance avec des gens ouverts, sympathiques et généreux et dont certains sont toujours dans mes contacts.

Après une semaine trop courte, retour forcé en France et à la réalité, mais avec une seule idée en tête « La prochaine fois, je prends un aller simple ! ». Cette idée a germé dans ma tête et est devenue réalité cette année au mois d’Août.

C’est le grand départ, mes 4 valises sont bouclées et je dis « adieu » à la France. Fini Julien, bine ai venit Iulian (bienvenue, Iulian). Pour commencer, je me mets en relation avec des expats, histoire de connaître des lieux, des personnes et bien vite je me retrouve embarqué dans cette Roumanie vivante et rapide.

Premier week-end à Vama Veche – explosif ! Vama ne se raconte pas, ça se vit ! Deuxième week-end à Vama, aie ! Il va falloir redevenir sérieux et chercher du taf quand même.

VamaDe retour à Bucureşti et dans un mardi plein de courage, je me décide ; un CV plus tard, coup de téléphone pour un entretien d’embauche. Résultat, j’ai trouvé un CDI en moins de temps qu’il me faut pour l’écrire. Je vous l’ai dis, la Roumanie est très rapide!

Depuis je deviens chaque jour un peu plus roumain. J’ai mon Ia, mon short de l’équipe nationale de football, ma musique n’est plus en français et mes amis s’appellent Ciprian, Radu, Tudor, Sorin, Larrisa, Elena, Sorina …etc.

Moi, je vous le dis, la Roumanie est magique ! J’ai été accueilli ici comme jamais je n’aurais pu l’imaginer. Et c’est sur ces quelques lignes que je vous laisse, car j’ai des potes à aller voir! 🙂 . »

écrit par Iulian Villanescu

Photos: Iulian Villanescu