Mots-clefs

, , , ,


stay-calm-ca-se-rezolvaSi vous suivez ce blog, vous connaissez déjà Marianne Rigaux. Sinon vous devez savoir qu’elle est une journaliste en freelance qui, entre autres, s’intéresse beaucoup à la Roumanie. Pourquoi? Je vous laisse (re)découvrir les choses simples de la Roumanie, vues par une française. 

« En janvier et février 2015, j’ai passé cinq semaines en Roumanie, un pays dans lequel je vais régulièrement depuis 2006. Cette fois, je venais faire des reportages dans le cadre de Globe Reporters, un projet d’éducation aux médias qui permet à des élèves français de « commander » des sujets à un(e) journaliste envoyé(e) spécial(e) dans un pays.

A travers ces reportages, les élèves ont découvert la Roumanie, sa cuisine, sa société, sa musique, ses gymnastes, ses ours, ses paysages, ses habitants. Il y a une caractéristique de ce pays que j’ai essayé de d’expliquer aux élèves : souvent, les choses sont bien plus simples en Roumanie qu’en France.

Prenez le bus par exemple. A l’approche d’une station, si vous stationnez dans le couloir entre deux sièges, la personne derrière vous demandera poliment « vous descendez à la prochaine ? ». Cette question peut surprendre les premières fois. Elle n’a pas cours dans les transports parisiens. La personne veut seulement savoir si vous descendez ou restez dans le bus de façon à s’organiser pour l’accès à la porte. C’est simple et ça évite les bousculades. C’est le premier exemple concret qui me vient à l’esprit. Mais bien d’autres choses se révèlent au quotidien plus simples qu’en France.

De manière générale, le rapport au temps est plus souple : on peut arriver en retard à un rendez-vous, annuler, reporter, improviser, sans exaspérer quiconque. Les gens se libèrent pour vous voir, s’arrangent avec leur agenda, leur travail. A Paris, je dois parfois programmer mes rendez-vous – professionnels ou amicaux – plusieurs jours voire semaines à l’avance !

Bien souvent, en Roumanie, rien ne se passe comme je l’avais prévu, mais au final, les choses rentrent dans l’ordre et généralement se passent encore mieux que prévu. Ceci est valable pour les déplacements, mais aussi les reportages, les rendez-vous. Il y aura toujours une personne bienveillante pour m’aider, m’indiquer le chemin, me traduire une phrase. Contrairement à la France, la Roumanie cultive son caractère latin et les espaces de liberté qui vont avec.

Je ne dis pas que tout est simple en Roumanie, bien sûr. L’administration a son lot de lourdeurs et d’absurdités. Parfois, des démarches qui paraîtraient évidentes en France s’avèrent très compliquées en Roumanie. Sans que cette complexité paraissent justifiée. Un Roumain m’a dit un jour « Ici, on peut déplacer des montagnes. Par contre, des actions banales peuvent prendre des portions énormes ». C’est vrai.

Le fait d’être Française et non résidente en Roumanie joue aussi pour beaucoup dans ma perception des choses. Reste cette expression roumaine que j’adore : « sa rezolva ». Que je traduirais par : « d’une façon ou d’une autre, avec plein d’imprévus et l’aide de quelqu’un sympathique que tu ne connais pas, tout ira bien ». Ce qui résume bien la Roumanie »

Credit photo – keepcalm-o-matic.co.uk