Mots-clefs

, , , , , , , ,


pa-patienceJ’avais 5-6 ans, j’étais chez ma grand-mère qui m’a élevée et avec qui j’étais très proche. Chez elle, ma principale occupation était le jeu. Là-bas c’était mon cocon, mon paradis. Un jour, je ne sais pas ce qu’il m’a pris, j’ai attrapé un balaie et j’ai commencé à… balayer. Je venais de commettre un sacrilège, ma grand-mère est venue me l’arracher des mains et elle m’a dit: « Tu vas avoir toute la vie devant toi pour balayer. Profite de ton enfance, ne grandis pas si vite, sois patiente, y a un temps pour tout! »

Depuis toujours, moi et la patience, on ne fait pas bon ménage. Mais je me soigne… En fait, je sens (et les gens autour de moi) une amélioration dans « notre relation »

Il y a eu une période où je voulais que les choses se passent très vite – à 1000km/h. Non, à la vitesse de la lumière. NOOON, à la vitesse supraluminique !!  Je voulais que les choses se passent maintenant, en ce moment et pas une nanoseconde plus tard! Et que tout soit parfait! Plus que parfait! A la vitesse supraluminique et TOUT DE SUITE, bien sur! Dans l’amour, à l’école, dans les relations avec les autres, dans la vie professionnelle, etc. Et OUI, Tout de Suite c’est n’est pas possible! Et tout cas, pas pour moi! Car il y a des étapes (maintenant je comprends mieux)!

Longtemps j’ai eu la rage envers moi, envers l’univers qui était contre moi, qui ne voulait pas que les choses m’arrivent/se passent en claquant des doigts.  J’ai eu la raaaaaaaaage, je criiiiiiiais: »Pourquoi paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaas? »

J’ai lu quelque part que la patience est un don. Moi je crois qu’ »avoir de la patience » peut venir de l’auto éducation, qui elle aussi peut venir avec le temps. Et ça dépend de chacun, car on n’a pas tous le même rythme.

Moi j’ai toujours été dans une sorte de « décalage » par rapport aux autres. Je n’ai jamais fait les choses comme « tout le monde », je n’ai (presque) jamais fait les choses quand il « fallait »- tout le temps cela a été plus tard: l’amour, le bon job, le master, etc. Et longtemps j’ai vécu ce retard comme un handicap. Mais après, avec l’expérience, quand on apprend à se remettre en question, on se rend compte- oh putaaaain -« ce décalage » est arrivé au bon moment, quand j’en avais vraiment besoin, j’étais prête, pas quand (juste) je le voulais... Ah oui, en vieillissant on se rend compte de pleins choses, mais ça ne veut pas dire qu’on est moins cons  LOL

Il y a aussi une histoire d’intuition – depuis quelques temps je l’écoute plus qu’avant. Mais ça ne veut pas dire que je ne suis plus impulsive. Ça veut dire que je suis plus vieille, que je commence à comprendre qu’il y a un temps pour la rage et les cris, mais qu’il y a aussi un temps pour l’amour, « the job of the job », ou les escarpins Godiva de chez »Sergio Rossi » (leur temps va venir, je le sens) LOL. J’ai appris que l’attente rend les choses plus intéressantes (et surtout plus valorisantes, gratifiantes) et je sais que je vais les apprécier encore plus… ces Godiva  (noires, taille 39). Je les aurai, je les aurai un jour!!! C’est « juste » un travail avec soi-même, le plus dur travail du monde…

Et tout ça pour te dire …Grand-mère,  le temps du balaie est arrivé. Et j’avoue, ce n’est pas si génial…Mais avec un peu de musique, ça passe 🙂

Crédit photo: perso